1873 La charrue Canon USA

 

 

LA CHARRUE - CANON

PAR J.-R. CLERGEAU

2 gazette des armes n 53 1977 page 26 charrue photo des fermiers

 2 texte famille usa

***

Famille de pionniers américains émigrant d'Est en Ouest. et utilisant pour le defrichage de la prairie une charrue du type "araire.Malheureusement, n'avant pas entendu parler de la charrue-canon, ils eurent peut-être des démélés avec leurs sauvages de voisins. Remarque : la maison construite à l'aide de la terre de la prairie. Les briques sont finies de houe séchée et la couverture de plaques d'herbes. (Photo U.S.I,S.)

***

Parmi les inventions bizarres — nombre d'entre elles dépassant les sommets de l'impensable — que Lewis Winnant présente dans son "Firearms Curiosa", il en est une, particulièrement délirante, que nous revoyons toujours avec plaisir, vu sa propriété de déclencher chaque fois l'inappréciable réflexe de la saine rigolade.

II s'agit de la "Charrue-canon" que firent breveter aux Etats-Unis MM.C.-M. French et W.-H. Fancher. Suivant le texte du brevet, dont Winnant rapporte une partie, cet engin bizarre était : "un moyen de défense destiné à repousser les surprises et attaques de brigands, pour ceux se livrant aux paisibles travaux des champs.

Il suffisait simplement de dételer l'appareil pour pouvoir être prêt à faire feu, le soc assurant fermement la pièce sur le sol". Le dessin accompagnant ce commentaire représente en effet une charrue du type "araire" habituel, dont le timon creux constitue un canon de petit calibre, à chargement par la bouche.

De par la position on ne peut plus classique du soc, disposé avant tout, pour le labour, celui-ci ne fournissait certainement pas le solide ancrage annoncé, le recul ayant tendance à le dégager au contraire du sol... Mais enfin, vu le petit calibre du canon, il n'y avait pas de raison pour que cela ne soit pas suffisant, et si la pièce basculait en arrière au départ du coup, il était facile de la remettre en batterie.

Aucun autre commentaire n'étant fait, et n'en ayant jamais entendu parler ailleurs, nous avions classé cette chose parmi les innombrables et éphémères inventions ayant vu le jour aux Etats-Unis au cours de la guerre de Sécession, féconde en idées fantaisistes.

À L'EXPOSITION DE VIENNE Un de nos amis conservateur d'un des plus intéressants musées du Sud-Ouest vient d'éclairer notre lanterne au sujet de cet engin bizarre. Le canon charrue tient donc de sortir des limbes où nous le pensions bien relégué depuis sa prise de brevet, que nous supposions avoir été son unique manifestation.

En effet, un passage de la "Publication de la Réunion des Officiers" de l'année 1874 nous montre cet engin, cette fois-ci en Europe, présenté à l'exposition de Vienne en 1873, c'est-à-dire onze ans après son invention, ce qui dénote une certaine obstination de la part de ses inventeurs.

Il y représentait, concurremment avec un modèle en bois de grosses pièces d'artillerie (Note 1) la participation des Etats-Unis à la Section militaire de cette exposition... ce qui ne devait quand même pas faire sérieux.

(Note 1-Assez bizarre d'ailleurs, car tirant deux coups de suite au moyen d'un bloc coulissant percé de deux chambres.)

***

1 schema charrue

Dessin accompagnant le brevet de French et Fancher, déposé le 17 juin 1862 sous le no 35 600, a Waterloo, Etat de New-York. 

***

2 chateaubriand charrue cimg2442

Araire -Exposition Châteaubriant-AFMA 2006

"Des charrues et des hommes" Château de Châteaubriant, du 08 juillet 2005 au 27 novembre 2006-A partir de l'histoire et de la typologie d'un objet aussi banal que méconnu, l'exposition "Des charrues et des hommes" se propose de parcourir l'histoire de l'agriculture en Loire-Atlantique

Les explications jointes nous apprennent que ce "canon camouflé" n'était pas destiné à être semé au hasard sur différents points de ce qui pourrait devenir un champ de bataille, comme nous l'avions cru jusque-là. Cette idée était fort plausible pour un inventeur américain de cette époque féconde. Il n'était pas non plus destiné à soutenir des revendications agricoles. Mais simplement c'était un engin de défense à l'usage des "Farmers" de l'Ouest dans leurs relations de bon voisinage avec les Indiens.

Du moins, c'est ainsi que la chose est présentée dans les lignes suivantes :

"Dans les dernières incursions des Indiens, ceux des Américains qui avaient leurs huttes trop près des Peaux Rouges eurent beaucoup à souffrir. Deux Yankees ont donc cherché à remédier à cet inconvénient, en mettant entre les mains des pionniers les moyens de pouvoir se défendre contre de telles attaques.

Ils combinèrent un outil qui est à la fois charrue et canon ; le timon de la charrue constitue le cylindre du canon et peut être démonté ; il est pourvu d'une fermeture qui permet de maintenir le canon constamment chargé, de fermer et d'ouvrir l'embouchure au moment du danger, comme une boite pourvue de son couvercle.

"La charge n'est pas trop forte, mais suffisante pour lancer à une distance de 200 à 300 pas, de 20 à 30 balles de fusil, voir des pierres d'un certain volume. Cet engin, si original qu'il puisse paraître, est digne d'attention quand on sait quelle peur les sauvages ont du canon."

Et voilà sans doute pourquoi Custer ramassa sa déculottée de Little Big Horn... il aurait dû prendre exemple sur Cincinnatus, qui, s'il eut vécu alors aux U.S.A., aurait certainement labouré son champ à la "charrue-canon", ce qui ne l'aurait pas laissé dépourvu. De là à conclure que l'engin eut une incidence sur l'extermination des Indiens est autre chose... car en fait, nous n'en avons jamais entendu parler par ailleurs...

Peut être un jour, à la suite de cet article, verrons-nous réapparaître cette "charrue-canon" dans un western... elle est suffisamment spectaculaire pour éclipser l'arme de Joss Randall. Mais pour être réduit à la présenter en Europe, où elle aurait fait avaler son marteau au "Forgeron de la Paix", et où réellement on se demande quel marché aurait pu s'ouvrir pour elle, il fallait que ses inventeurs n'aient réellement pas trouvé de débouché dans leur pays d'origine.

J.-R. CLERGEAU

Source du texte trouvé sur internet

http://fr.1001mags.com/parution/gazette-des-armes/numero-53-octobre-1977/page-26-27-texte-integral

La photocopie de l'article de J.-R. CLERGEAU paru en 1977 dans la revue "La Gazette des armes"1977-N°53-Page 26. Photocopie de 1980 retrouvée dans mes archives en Novembre 2016.Je crois me souvenir que c'est Jean Paul Chabert qui fut en 1982 ancien président de l'AFMA qui m'avait donné la photocopie de cet article en 1983.

 

5 la charrue canon clergeau a

***

Lecture de la partie gauche de la page

5 la charrue canon clergeau a

 

Lecture de la partie droite de la page

5 la charrue canon clergeau a

***

Le brevet déposé  le 17 juin 1862 sous le no 35 600, à Waterloo, Etat de New-York.

***

Le document de trois pages en langue anglaise reçu le 4 Mai 2017 de mon ami Phil Friday est présenté ci dessous.Merci Phil de ce précieux document qui complète bien cette page consacrée à la charrue canon.

Le dessin de la charrue joint au texte du brevet French et Fancher est beaucoup plus lisible que le dessin qui figure dans l'article  de J.-R. CLERGEAU paru en 1977 dans la revue "La Gazette des armes"1977-N°53-Page 26.

1 schema charrue phil friday red

Schéma de la charrue canon joint au texte du brevet de French et Fancher, déposé le 17 juin 1862 sous le no 35 600, a Waterloo, Etat de New-York. Document reçu le 4 Mai 2017 de mon ami Phil Friday.

***

Brevet de French et Fancher, déposé le 17 juin 1862 sous le no 35 600, a Waterloo, Etat de New-York.

***

UNITED STATES PATENT OFFICE

C.M FRENCH AND W.H FANCHER OF WATERLOO NEW YORK

IMPROVEMENT IN COMBINED PLOW AND GUN

Patent N°35 600. dated June 17 1862

Clic on the page to read with a zoom

2 texte charrue phil friday collage 3

****

Patent added on June 2017 4th

 

Roue cine

**

Qui est J.-R. CLERGEAU

L'article publié par J.R Clergeau en 1977 sous le titre "La charrue Canon" a été publié dans le magazine  "La Gazette des Armes".

La photocopie de 1980 retrouvée dans mes archives en Novembre 2016 était sombre et difficile à déchiffrer après le scan de cette photocopie.Et Oh Miracle après plusieurs recherches j'ai découvert qu'il avait été sauvegardé dans un site qui s'appelle"Mille Mags" qui numérise les pages de chaque magazine (ou celles qui sont les plus intéressantes) et qui les revend en PDF pour un euro.Mais omme il y avait aussi le texte "redactylographié" par un système de numérisation moderne j'ai pu l'utiliser dans ce blog.

Le site"Mille Mags" est ici.

http://fr.1001mags.com/parution/gazette-des-armes/numero-53-octobre-1977/page-26-27-texte-integral

Le texte imprimé dans le magazine en 1977 a probablement été "dactylopraphié" par un système informatique que je ne connais pas. Il comportait des signes,des coupures mais enfin j'ai pu tant bien que mal remettre ces textes en place pour qu'ils soient lisibles sur ce blog consacré au Patrimoine rural.     

 

6 gazette des armes n 53 1977 logo

 

N°53
1977 - numéro disponible
Commander via la Librairie Le Hussard

Sommaire du N°53 1977
La naissance du feu aérien La charrue Canon des pionniers Américains Le musée du Service du matériel de l armée Américaine En Périgord une bourse pas comme les autres Défense du territoire:l'exercice Demeter Défense du territoire:Quelques précisions sur le FAMAS 5 56 La Birmanie:Les soldats perdus d' une guerre oubliée Herstal le GP 35 9mm Les carabines de Versailles Les carabines de Versailles:Infanterie cavalerie Mle.1793 et AN XII Tir à la carabine de Versailles Le pistolet Lathi 9 mm Parabellum Le fusil Schmidt Rubin Mle 1889 cal.7 5mm Le citoyen-soldat Suisse et son arme

8 17010 gazettedesarmes 53 couverture 3

Source: http://www.gazettedesarmes.com/numero.php?num=53

Barre vert prom haies 6

En 1959,J. R. Clergeau fut l'éditeur d'une revue intitulée "Le Tromblon"

REVUE DES COLLECTIONNEURS D'ARMES À FEU ANCIENNES. ST-PALAIS-S/MER. 1959-1960, collection complète de ses 7 numéros. in-4, br. couv. ill.-CLERGEAU (J-R). Le TromblonLe Tromblon - Revue des collectionneurs d' armes à feu anciennes ( collection complète, n° 1 à 7)

J. R. Clergeau

Edité par J.R. Clergeau (1959)

Source: https://www.abebooks.fr/rechercher-livre/auteur/j-r-clergeau/

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Les numéros du "Tromblon" sont aussi en vente chez Bertrand Malvaux qui est antiquaire et spécialisite des armes anciennes à Nantes.

Bertrand MALVAUX - 22 rue Crébillon, 44000 Nantes - FRANCE - Tél. (33) 02 40 733 600

http://www.bertrand-malvaux.com/p/6334/clergeau-j-r-le-tromblon.html

Barre vert prom haies 6

J.R. CLERGEAU

En 1993 J.R. CLERGEAU a vendu sa collection d'Armes anciennes à l'Hôtel des ventes de Royan.

4 clergeau j r le tromblon royan

Catalogue de vente aux enchères publiques d'Armes Anciennes, du 5 et 6 juin 1993

http://www.priceminister.com/offer/buy/131710642/vente-aux-encheres-publiques-de-la-collection-j-r-clergeau-de-geoffroy-jean-pierre-et-jean-renaud.html

***

Publié le  28 Mai et terminé le 4 Juin 2017

***

Vos suggestions et vos photos sont les bienvenues.

Pour cela vous pouvez m'adresser un email à l'adresse ci dessous

Clic sur le globe

email-2-1.gif

Pages d'Histoire sur FBS

Facebook 147

 

***

 

Date de dernière mise à jour : 07/04/2018