Journées du Patrimoine rural de la Creuse

 

Journées du Patrimoine rural de la Creuse

Trois jours en Creuse Juin 2000

 

Après un siècle et demi de déprise, le patrimoine rural dans les montagnes du Massif central limousin constitue désormais un enjeu culturel et économique. Jusqu'à présent monuments, églises, ou châteaux n'ont représenté qu'une partie visible du patrimoine des campagnes. Le patrimoine rural que renferme ces campagnes est autant à évaluer qu'à comprendre : les constructions - bâtiments de ferme, puits, bassins, pigeonniers, murets, chemins - mais aussi leurs techniques - et leurs discours - récits de contes et légendes. Tout ce patrimoine s'insère dans un milieu "naturel" transformé en totalité par des siècles d'agriculture et devient un élément du patrimoine rural à part entière. En outre ce patrimoine rural se complète par de l'industrie en milieu rural, passée ou actuelle, elle aussi objet patrimonial. La fin de l'exode rural depuis un quart de siècle à l'échelle de la France, une certaine aspiration de "retour à la campagne" (plutôt imaginée que vécue) donne un potentiel économique viable dans l'immédiat et le futur proche. La fonction agricole s'estompant, le patrimoine rural, autant bâti que culturel ou "naturel", devient aussi un enjeu économique qui devrait être créateur d'emploi.

Michel Manville

Attaché de conservation du patrimoine

Directeur du PEP de la Creuse

http://www.datar.gouv.fr/sites/default/files/datar/territoires-n-4.pdf

Paysage creuse

RENCONTRES EN CREUSE - 16 - 17 - 18  JUIN 2000

PATRIMOINE RURAL ET ARTISANAL

RENCONTRES ORGANISEES PAR LE PEP- PÔLE D'ECONOMIE DU PATRIMOINE DE LA CREUSE

PATRIMOINE ET DEVELOPEMENT ECONOMIQUE

L'EXEMPLE DE LA CREUSE

COMPTE RENDU POUR LA LETTRE DE L'AFMA

Association Française des Musées d'Agriculture et du Patrimoine

  1.    UN BEAU JOUR DE JUIN À BANIZETTE

Il y a, au cours des années qui s'égrennent quelques journées dont on se souvient plus que d'autres.Les trois jours passés à visiter la Creuse en ce chaud mois de Juin font ,pour moi, partie des ces heures claires pendant lesquelles on n' a pas le sentiment de perdre son temps.En nous accueillant à Banizette Michel Mainville chef du projet au PEP ne s'est pas trompé d'endroit.Certains propos sont mieux compris lorsqu'ils sont dits près d'une grange et dans un air rempli de la bonne odeur du foin que l'on récoltait en ce mois de Juin dans toute la région.

PATRIMONIUM :c'est le nom qui va être donné au réseau des sites patrimoniaux qui est en gestation.Ce réseau devrait permettre de créer une synergie entre tous les secteurs et les acteurs du développement régional:patrimoine,culture,artisanat,agriculture,moyennes industries.

Merci Mr Mainville et merci à votre assistante Nadia Bertrand de tout le travail de préparation que vous avez fait pour organiser ces journées.

Après cette intoduction, ce furent les exposés des conférenciers.Tout d'abord ce fut cette trop courte rencontre avec Gilles Clément. Professeur à l'Ecole Nationale supérieure du Paysage à Versailles et initiateur de l'exposition "Le jardin Planétaire".Ses propos sur les bio-indicateurs et les paysages réveillent:"Nous regardons un paysage de la façon dont nous avons été élevés pour le regarder".En l'écoutant déclarer par exemple que la tempête du 27 Décembre avait permis de redécouvrir certains paysages,qui jusqu'à présent étaient cachés par les sapins on pouvait être à priori choqué.Les stigmates de ce désastre sont,en effet, encore présents dans l'esprit de beaucoup de gens.Il n'y eut curieusement aucune rumeur de désapprobation dans la salle..Au cours des excursions des 17 et 18 Juin on a pu constater en effet que les collines verdoyantes de Paulhac ,de Saint Goussaud et de Boussac valaient bien la vue sur les parois de sapins qui constituent souvent un mur de chaque coté des routes.

  1. "LA NOSTALGIE EST UN DROIT COMME LE DROIT DE RÊVER"

Y-a-t-il en France beaucoup de lieux comme Banizette pour méditer sur les progrès techniques et ses mérites?Les valeurs fondamentales de la France rurale sont là dans la cour du manoir.La grande échelle qui permet d'accéder au fenil et à tous ses secrets est là, bien calée sur ses montants.Puisse-t-elle y rester pour l'éternité pour aider les générations futures à rêver au Grand Meaulnes.

"La nostalgie est un droit comme le droit de rêver"a dit Claude Royer au cours de son exposé intitulé "Les musées d'agriculture:nostalgie ou développement".De tout l'exposé du Président de l'AFMA,ce sont les mots qui m'ont paru les plus forts .Ils sont un encouragement à tous les collectionneurs qui ont un respect tout particulier pour les inventions et les techniques du passé.Et d'abord  parce que ces inventions sont les témoignages du génie de l'homme pour soulager son travail.

Quelques instants plus tôt notre ami Jean Jacques Van Mol directeur de l'Ecomusée de la région du Viroin et professeur de l'Université Libre de Bruxelles avait tout autant passionné l'auditoire avec les propos qu'il a tenu sur "Agriculture et Nature,l'éveil d'une nouvelle culture politique".Seattle,Davos et la Couvertoirade,il était temps de remettre les pendules à l'heure et ce fut fait et bien fait.

"Le conservatoire des espaces naturels du Limousin,sa philosophie,ses missions"fut le troisième sujet de l'après midi présenté par Mr Seliquer son directeur.

La table ronde animée par Maurice Robert avait pour thème"Agriculture et Agriculteurs d'hier et d'aujourd'hui".Ce fut très enrichissant.

Cette chaude et belle journée de Juin se termina par la visite du domaine de Banizette et de son magnifique musée consacré aux arts et traditions populaires. Le dîner à Banizette fut suivi de quelques contes où le petit bœuf de ST Goussaud et quelques sorcières locales ont été évoquées.Cette soirée à Banizette fut très réussie.On y reviendra pour voir fonctionner le moulin à eau car le bief qui l'alimente était en réparation.On reviendra à Banizette parce qu'ici, Robert François Gorsse et son épouse ont su préserver un cadre pour la réflexion et le rêve et que c'est le rêve qui nourrit nos actions.

  1. SAUVEGARDER LE SAVOIR FAIRE DES ARTISANS TAPISSIERS D'AUBUSSON

Les deux journées de samedi et dimanche 18 Juin furent un régal pour le petit groupe de l'AFMA et des Creusois et Creusoises qui nous accompagnaient.Minutieusement préparés par le Pôle Economique du Patrimoine de la Creuse et par Jacques Robert ,ces deux jours nous ont permis de découvrir les célèbres tapisseries d'Aubusson à la Manufacture ST Jean.C'est Marie de Hainaut devenue comtesse de la Marche qui importa ici le savoir faire des tapissiers de Flandre(lieu de sa naissance)au XIV ème siècle.Ces établissements devraient être éxonérés de charge sociale pour perdurer.Il y a des métiers qui devraient être encouragés et mis hors du circuit infernal de l'économie marchande qui a déjà fait trop de dégâts.

  1. LE MOUTIER D'AHUN-LE SITE DE L'OUTIL

Célèbre par son pont médiéval et son abbaye cistercienne ornée de superbes boiseries sculptées par Simon Bauer au XVIIème,quelques passionnés de ce charmant bourg ont eu l'idée d'aménager le moulin à eau en musée de l'outil.
Le Musée du Site de l'Outil est le parfait exemple d'une réalisation locale intelligente qui est à la portée de nombreuses communes pourvu qu'elles aient la chance de réunir quelques personnes de bonne volonté.C'est là que j'ai découvert ce qu'on appelait un " jambier ",cette pièce de bois incurvée et crantée qui permettait de suspendre verticalement le cochon par les pattes arrières pour travailler commodément près des saloirs. Toutes les pièces sont étiquettées et parfaitement présentées.Bravo aux initiateurs et aux élus de Moutier d'AHUN,on reviendra vous saluer car nous n'avons pas eu le temps de tout voir en détail.

Copieusement restaurés à la ferme auberge de l'AGE prés de ST LOUP le groupe ne pouvait pas passer près des Pierres Jaumâtres sans rendre visite aux déesses mères Gallo-Romaines devenues ensuite les fées de l'endroit.(Le dépliant vert remis aux visiteurs devrait préciser l'adresse et comporter un plan de situation car si on veut y revenir par ses propres moyens il y a trop peu d'informations concernant ce lieu sur les autres prospectus des syndicats d'initiative).Après une photo du groupe sous les rochers énormes de cet endroit, Mr Aumasson qui connaît la Creuse mieux que quiconque pour l'avoir sillonné de long en large depuis 40 ans  nous a conduit à Boussac de l'autre coté de la route nationale Guéret Montluçon qui devient depuis 20 ans une voie rapide du type "deux fois deux voies" dont il faut saluer l'utilité pour l'économie Creusoise.

  1. LE MUSÉE RURAL BERRY MARCHE À BOUSSAC ET LE CHÂTEAU DE BOUSSAC

Tous ceux qui aiment les grandes machines agricoles parfaitement restauréees n'ont rien vu s'ils n'ont pas visité ce musée qui s'étend sur près de deux hectares dont 6000 m2 couverts.Saluons l'initiative de MR JEANNOT et de ses amis qui ont eu la riche idée de transformer ces anciens ateliers de construction de matériel agricole en musée.Il faut visiter le musée rural de Boussac et l'aider à poursuivre son oeuvre de sauvegarde du patrimoine rural.(Mr Jeannot, il faut vite trouver un endroit pour mettre les charrettes en bois à l'ombre car le soleil les abîme autant que la pluie et ce serait dommage!).Le rédacteur du présent article se serait fait tiré les oreilles par François Sigaut s'il n'avait pas signalé cette nécessité de mettre tout ce qui est en bois à l'abri du soleil et de la pluie.

  1. LE CHÂTEAU DE BOUSSAC

Touché par la tempête du mois de décembre,le Château de Boussac panse ses plaies.C'est un château imposant avec des pièces immenses et bien meublées qui comportent de belles collections(objets d'art et traditions populaires,collection de cannes,de vases).Du balcon de la chambre qu'occupait Georges Sand quand elle venait à Boussac on découvre un panorama intact. La visite fut d'autant plus agréable qu'au moment de quitter les lieux les propriétaires sont arrivés et nous ont reçu fort aimablement. Nous gardons tous un excellent souvenir de Boussac.

  1. Le P'TIT MUSEE DE PAULHAC

Aménagé dans l'ancien café du village, ce musée a été aménagé avec beaucoup de soin par Denis Dourville et son épouse.Chaque espace est parfaitement utilisé ce qui fait qu'on peut y circuler trés facilement.On y trouve tout:de la pince du poinçonneur des Lilas au broc émailé des années passées.C'est un bel exemple d'aménagement dans un espace limité.Les objets en double sont destinés au magasin d'antiquités qui est tenu par les propriétaires dans un local attenant au musée.

  1. LA FERME AUBERGE DU GAEC DES GABIOS PRÉS DE ST GOUSSAUD.

La visite de la commanderie  de Paulhac fut un moment de détente avant le déjeuner à l'auberge des GABIOS près de Saint Goussaud.Située au bord d'un vaste lac qui alimente des étangs de pisciculture,l'auberge est un hâvre de fraîcheur et de calme.Depuis de nombreuses années,.MR Klein collectionne d'anciens outils et des charrettes qui ne sont pas tous entreposés sous des hangars.La tempête n'a pas épargné les bois qui entourent ce lieu et avec la gestion de l'exploitation agricole, la famille qui gère cet endroit a beaucoup de mérite.Nous avons pris le déjeuner du dimanche 18 Juin dans cette auberge .On y reviendra pour le poulet aux écrevisses.

  1. LA CABANE DU BERGER-Lanterne des morts sur le chemin de St Jacques de Compostelle-Abreuvoirs à moutons-

En ce dimanche 18 Juin décrétée journée du patrimoine rural on fut servi.Le menu préparé par Maurice Robert fut copieux.Sur le programme il était écrit visite du petit patrimoine.

Située à quelques dizaines de la route un abri en pierres sèches situé au milieu des bois  rappelle que jadis, à cet endroit, paissaient les moutons.On ne pouvait y entrer que courbé puis s'y asseoir ou s'y allonger.On découvrit dans une ferme une belle pierre qui comportait une ouverture où l'on déversait les épeluchures de pomme de terre pour les cochons.A côté de l'église un beau lavoir.Encore un arrêt pour admirer un autre lavoir sur le bord de la route et ce fut le retour vers La Souterraine où nous avons accompagnés nos amis parisiens qui prenaient le train de 18 heures.Une journée bien remplie.Merci Maurice Robert.En vous écoutant durant ces deux journées on décuple son envie d'apprendre.

  1. PATRIMOINE ET DEVELOPEMENT ECONOMIQUE

De Nathalie Baye à Claude Chabrol nombreuses sont les personnalités qui habitent la Creuse pendant leurs loisirs.Annie Duperey,Pascal Sevran,peuvent sans doute être des ambassadeurs efficaces de cette région préservée des pollutions,des embouteillages urbains mais le veulent-ils?Trop longtemps laissée à l'écart du développement,le département de la Creuse perdrait  chaque année 1000 habitants.Si ce rythme n'est pas inversé La Creuse sera vidée d'ici 130 ans.

Mais cela est bien entendu impossible car de nombreux signes nous  donnent à penser que du fait de l'évolution des technologies et du fait que les espaces préservés (de la pollution etc…)sont de plus en plus rares,certaines zones en Europe doivent pouvoir amorcer un nouveau type de développement au cours des prochaines décennies.Déjà en Creuse,dans plusieurs villages, le solde migratoire est redevenu positif.

Mais tout redémarrage est fragile et que des industriels aient pensé utiliser ces zones moins peuplées pour y entreposer les scories de la société industrielle est un comble.Faut -il au handicap de l'enclavement des ces départements du centre de la France ajouter le handicap de devenir une zone de dépôts nucléaires et divers dont on ne sait pas quoi faire dans les grandes agglomérations.Non, pas çà pas là!

La prise de conscience récente que l'économie ne doit pas être livrée aux forces aveugles du marché doit constituer une chance pour ces régions dans les dix ans à venir.Les Creusois aiment leur région la défendront et la développeront Il faut simplement qu'ils soient aidés un peu plus et que des artisanats et des industries en voie de disparition comme les tapisseries d'Aubusson,la taille de la pierre soient  au contraire encouragées La Creuse c'est chez nous et elle ne peut pas être laissée à l'écart du développement.

Mais pour cela il faut imaginer des actions de solidarité qui enrayent le processus de décroissance démographique en créant des emplois et en y développant des infrastructures.Des villages entiers doivent être relevés.Encouragez nos voisins européens à s'installer en Creuse et à y investir.Des opérations de décongestionnement d'activités logées en Ile de France doivent être incitées à s'installer ici.A quoi sert de vanter les mérites de la communication à distance (Internet) si des régions comme la Creuse n'y trouvent pas une chance nouvelle de redémarrage.Avec le développement du télétravail,des entreprises,des particuliers peuvent repeupler cette si attachante région.Nous allons tenter de vous y aider.

CLAUDE MOINET

Président fondateur de l'ASMALA-Administrateur de l'AFMA-

Date de dernière mise à jour : 22/01/2021