Ecomusée de Cambrai 59

 

 

Cambrai : Un musée d'outils anciens

Gilbert de Sainte Maresville a sauvé 20 000 anciens outils de l’oubli

Publié le 04/10/2015-PAR CARINE DI MATTEO

Logo voix du nord

Le hangar n’est pas bien isolé encore, mais ce n’est pas grave car derrière ses maigres murs, une dizaine de bénévoles ont travaillé comme des fous pendant près d’une année pour créer un musée pour outils anciens. Le Clos éducatif des anciens métiers (son nom officiel) est inauguré ce dimanche matin.

Cambrai gilbert portrait

Les plumes d’écoliers s’alignent sur une étagère, à côté d’anciens livres de cours, pas loin des harnais de chevaux, de lampes, d’une mobylette, de bassines. Ça a l’air un peu fouillis, mais c’est une caverne d’Ali Baba, un mélange joyeux de petites pépites, de drôles de trouvailles et d’objets déjà oubliés. Derrière eux, il y a un homme : Gilbert de Sainte Maresville.

Des années qu’il collectionne les anciens objets. Il a commencé avec ceux de la ferme que possédait sa famille, des agriculteurs de la Côte d’Opale. « J’avais rassemblé dix ou vingt outils, se rappelle Gilbert de Sainte Maresville, 78 ans. Je me suis mis, ensuite, à fouiller un peu partout. Dans le Haut Boulonnais, il y avait des trous de bombardement partout. On aurait pu mettre deux bœufs dedans. Les gens y déposaient des choses dont ils ne voulaient plus. J’ai pu y récupérer des crémaillères, par exemple. » La fouille des trous d’obus n’a vite plus été suffisante pour combler ses appétits de collectionneur. « Je me suis mis à aller sur les brocantes. Puis les gens ont su que je collectionnais alors ils ont commencé à me donner ce qu’ils avaient, comme un alambic de la Réunion, un moulin en pierre de lave du XVIIe siècle. »

Gilbert de Sainte Maresville gardait tout chez lui, à Marcoing, où il était venu s’établir lorsqu’il est devenu difficile pour les ouvriers agricoles comme lui de trouver du travail dans le Boulonnais. « Un soir d’élection, en 2004, j’étais scrutateur au bureau de vote nº1. Yves Coupé, conseiller régional, était là. Je lui ai parlé de mes outils. Il m’a dit que si je restais tout seul, on me dirait que c’est bien ce que je fais et on me donnerait une tape sur le dos. Mais que si j’avais une asso, j’aurai de l’aide. Le lendemain, j’ai fait une réunion dans mon garage. Nous étions trois, nous avons lancé notre association. »

Il ne l’a pas regretté depuis. « On a fait 150 expositions en dix ans, on a drainé 300 000 personnes. » Il sourit. À ses côtés, il a 350 familles donatrices, une quinzaine de commerçants sponsors, des bénévoles qui l’ont aidé à construire le rêve de sa vie : ce musée.

« On est arrivé, ici, le 29 septembre 2014. » Ici, c’est au 35 boulevard de la Liberté. « Il y avait un panneau à vendre. J’ai pris mon échelle et j’ai regardé par dessus le mur, j’ai vu l’espace, le hangar, l’emplacement, c’était parfait pour nous. » Ça ne ressemblait pas tout à fait à un conte de fée, avec des arbres de six mètres de haut à déraciner, des trous dans la toiture, mais qu’importe. À douze, ils ont tout retapé. Et depuis le mois d’août, Gilbert de Saint Maresville et ses bénévoles se relaient pour faire des visites guidées, passionnantes, au milieu des anciens outils.

35 boulevard de la Liberté, ouvert du 1er avril au 15 octobre les 1er dimanche, 1er et 2e jeudi, de 14 h 30 à 17 h 30 et sur rendez-vous exceptionnels : 06 20 23 13 97. Gratuit.

http://www.lavoixdunord.fr/region/cambrai-gilbert-de-sainte-maresville-a-sauve-20-000-ia13b45101n3082991#

Barre vert prom haies 6

En 2016 une belle vidéo a été publiée par Franceinfo

franceinfo

Depuis 10 ans, Gilbert de Saint-Maresville collectionne d'anciens outils qu'il expose dans son musée de Cambrai. Une démarche pédagogique pour partager sa passion.

Retrouver toutes les infos sur la vidéo sur
:http://www.francetvinfo.fr/france/cambrai-un-musee-d-outils-anciens_1230737.html

Remerciements

Contrairement à de nombreuses vidéos qu'il est difficile de trouver en replay .Depuis trois ans France trois a maintenu cette publication qui est très regardée.Par sécurité nous avons trouvé et publié la vidéo sur Dailymotion qui figure plus bas. 

Je ne connaissais pas ce musée et sans le message de Annette qui m'a prévenu de cette émission sur France 3 le samedi 19 décembre 2015 je ne l'aurai jamais trouvé - Merci Annette -Diffusé le sam. 19-12-15 à 12h25 sur FRANCE 3

Barre vert prom haies 6

Comment faisaient nos ancêtres, sans moteurs, sans électricité ? A Cambrai, un passionné d'outils anciens a ouvert un musée il y a dix ans, pour montrer aux visiteurs comment se passait le travail d'antan. Gilbert de Saint-Maresville, président du Clos éducatif des anciens métiers, expose plus de 2000 objets. Une démarche qui trouve écho chez des parents qui estiment qu'il est nécessaire pour les enfants de connaître ce qu'il s'est passé avant pour comprendre le modernisme actuel.

Des objets chargés d'histoire

C'est en fouillant des trous d'obus devenus des dépotoirs que Gilbert de Saint-Maresville a commencé sa collection à la fin de la seconde guerre mondiale. "On y a retrouvé des crémaillères, des faucilles, des enclumes, de tout ", explique-t-il au micro de France 3. Il a ensuite continué ses recherches dans les brocantes avant de créer une association. Depuis ce jour, les objets lui sont apportés pour enrichir le musée.

https://www.francetvinfo.fr/france/cambrai-un-musee-d-outils-anciens_1230737.html

Voir la video ww bon

La vidéo est aussi sur Facebook

Clic ci dessous

Carte cambrai video

 

Logo facebook

****

La vidéo publiée sur Dailymotion

Cambrai : Un musée d'outils anciens

franceinfo franceinfo

il y a 3 ans 93 vues de Decembre 2015 à Avril 2019
 
Depuis 10 ans, Gilbert de Saint-Maresville collectionne d'anciens outils qu'il expose dans son musée de Cambrai. Une démarche pédagogique pour partager sa passion.

Retrouver toutes les infos sur la vidéo sur
: http://www.francetvinfo.fr/france/cambrai-un-musee-d-outils-anciens_1230737.html

Clic ci dessous

Gilbert

https://www.dailymotion.com/video/x3iqh8h

***

cube-g.gif

Exposition sur la France d'autrefois

« Mettre nos ancêtres à l'honneur »

Logo voix du nord

Actualité Cambrai

Publié le 04/05/2011 à 05h09

Jusqu'au dimanche 8 mai, à la salle des cérémonies de l'hôtel de ville de Cambrai, les membres de l'Association culturelle du patrimoine des anciens outils à main (ACP-AOM) organisent une exposition intitulée « Autrefois la France rurale, la vie quotidienne de nos grands-parents ». Rencontre avec le président et fondateur de la société locale, le passionnant et passionné Gilbert de Sainte-Maresville.

Denise et gilbert de sainte maresville 1

Denise et Gilbert de Sainte-Maresville

Gilbert de sainte maresville

La Voix du Nord : Pourriez-vous nous expliquer votre parcours ?

Gilbert de Sainte-Maresville : « Je suis originaire du Boulonnais où j'ai passé mon enfance. Puis, après un apprentissage (à 14 ans) dans une ferme, je suis entré dans la vie active. Mais rapidement, modernisation des cultures oblige, j'ai dû changer de métier et je me suis retrouvé à la verrerie de Masnières où j'ai travaillé pendant 32 ans dont 22 comme agent de maîtrise (toujours dans le même bureau !). Après ma carrière professionnelle, en 2004, j'ai voulu, avec trois autres personnes, créer cette association concernant notamment les anciens outils à main.

 » D'où vient cette passion qui vous anime ?

« À la retraite, j'ai repensé à mes jeunes années. Dans ma famille et ce, depuis six générations, nous étions des ouvriers agricoles et nous nous servions des attelages et outils à main. J'ai voulu faire connaître à un large public ce patrimoine oublié ou tout simplement inconnu. Je voulais, de la sorte, préserver ce bien venant de nos ancêtres. Par cette exposition, nous voulons mettre ces derniers à l'honneur. Par ailleurs, tous ces outils sont de véritables témoignages des valeurs d'autrefois. Il y a encore, en les examinant de près, de la sueur sur les manivelles ! À chaque fois que nous exposons, nous pensons aux souffrances endurées et aux conditions de travail déplorables que pouvez connaître ces ancêtres. À cette époque-là, il n'y avait qu'un seul moteur, et c'était celui de l'homme. »

Combien d'élèves allez-vous recevoir ?

« Nous allons recevoir beaucoup d'élèves. Actuellement, nous en sommes à vingt-quatre classes et près de six cents élèves. Il ne faut pas oublier que nos actions visent prioritairement les jeunes et les générations futures. Toutefois, et bien entendu, nous recevons également les moins jeunes. En fait, tous les visiteurs sont les bienvenus... »

Avez-vous déjà obtenu des récompenses ?

« Oui, et c'est certainement le résultat, le fruit de notre travail et de nos actions. En 2009, nous avons reçu le Martin-Martine d'or et la médaille d'or de la Ville. En 2010, nous avons également reçu le prix du Rotary International. Enfin, à Brebières, nous avons eu, en 2009 et 2010, un prix d'Art. Notre association est maintenant connue et reconnue dans la région et nous sommes demandés partout (de Lille à Dunkerque !). Et puis, sur un tout autre sujet, j'aimerais dire que Denise, ma femme, et moi, avons fêté le dimanche 24 avril, nos noces d'or. C'est vraiment important pour nous.

Pour l'occasion, il y avait nos quatre enfants et huit petits-enfants. En plus, nous avons eu la chance de connaître notre arrière-petit-enfant ! Tout cela donne le moral ! » •

Infos pratiques : exposition ouverte les mercredi 4, samedi 7 et dimanche 8 mai, de 15 à 18 heures. Film en boucle de 30 minutes : « La moisson en 1942 ». L'entrée est libre et gratuite. Elle se fera par la place de la République.

Les jeudi 5 et vendredi 6 mai, l'association reçoit les écoles qui ont pris rendez-vous. Renseignements au Tél : 03 27 37 55 18 ou Tél : 06 20 23 13 97.

Site : http://ACP-AOMcambrai.skyrock.com

***

Page publiée le Lundi 1er Avril 2019

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 21/02/2020