Didonne musée virtuel

 

Le Musée Agricole du Château de Didonne

1 Visite des collections du musée agricole

 

Le domaine du Château de Didonne a été vendu en janvier 2002.Les collections du musée agricole qui avait été ouvert en juin 1981 ont été déménagées en Octobre 2006. Une convention de cession a été signée avec la communauté d’agglomération Royan Atlantique en février 2007. Un nouveau musée agricole doit être aménagé au sein d’un projet intitulé « AGRIPOLE ».Ce projet se situe aux confins des communes de Grézac et de Cozes. « C'est un pôle terroir, une vitrine des communes du secteur et de l'activité agricole, destiné à mettre en valeur les produits de l'Estuaire. L'idée est de faire connaître les producteurs locaux, d'informer les visiteurs sur leur implantation. Nous pourrons peut-être même y déplacer l'office de tourisme intercommunal, installé pour l'heure dans le bourg de Cozes » Le musée agricole du Château de Didonne accueillait de 15 à 20 000 visteurs par an.Il a été ouvert de juin 1981 à Août 2006. Les documents présentés dans ce site seront complétés par d’autres avec des photos. Vous pouvez suivre les étapes du déménagement du musée et découvrir « le musée virtuel » présenté dans la rubrique patrimoine du site internet de l’agglomération Royan Atlantique. La visite commence ci-dessous- Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama Le musée agricole du Pays Royannais Pendant 25 ans,de 1981 à 2006, le Musée Agricole de Semussac, situé dans les anciennes dépendances du Château de Didonne, a présenté au public une exceptionnelle collection d’objets, de machines et d’outils retraçant l’histoire de la vie rurale sur plusieurs siècles, en mettant l’accent sur l’évolution du matériel agricole.

Le musée agricole du château de Didonne sur le site internet de la CARA

Logo cara 1

Musee patrimoine 1

Communauté d'Agglomération Royan Atlantique

Cliquer sur l’image ci-dessous pour ouvrir le diaporama

Reel2

Musee

Barre vert prom haies 6

Le déménagement des collections du musée agricole de Didonne

Le déménagement des collections a eu lieu du 26 septembre au 12 octobre 2006 ;elles sont actuellement entreposées dans une commune voisine.

Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama

Reel2

Demenagement

Barre vert prom haies 6 

Les plaques de publicité émaillées


 

Les plaques de publicité émaillées Le Musée présente une collection unique en son genre de plaques émaillées sur le thème de l’agriculture :tracteurs, machines agricoles, pneus, engrais, aliments spéciaux, mécanique… Signées ou anonymes, grandes ou petites,réalistes ou fantaisistes, classiques ou empreintes de modernité, marquées par le temps ou brillantes, elles ont chacune leur originalité.

La plupart des grandes émailleries industrielles sont présentes : l’AES, Émaillerie Jean, Émaillerie Japy, Vitracier Neuhaus, L’Émaillo-gravure

 Cliquer sur la cigogne pour ouvrir le diaporama

Reel2

 

Plaque

 

Barre vert prom haies 6 

Les Etiquettes de fromage


Le tyrosème


Animal maléfique ? Maladie rare ? Variété inconnue de céréale ? Rien de tout cela. Le tyrosème est le nom scientifique qualifiant les étiquettes de fromage (tyro, fromage (en grec), sémio, sens de l'image, phile, amateur de). Les quelques étiquettes dévoilées ci-dessous ne sont que l’infime partie de la collection de M.Robert Billy, habitant de Saint-Sulpice-de-Royan, qui comporte plusieurs milliers de pièces, collectées depuis son enfance.

Les tyrosèmes présentés ont un point commun : ils proviennent de la laiterie-fromagerie Cornardeau, fondée en 1935 par Julien Cornardeau, agriculteur, et fermée en 1993. Implantée sur la commune de Semussac, elle a employé jusqu’à 60 personnes dans les années 50.Cettte laiterie était basée à Sémusssac qui est la commune où se situait le musée agricole du Château de Didonne.Nous avons jugé intéressant de l’ajouter ici.

Cliquez sur l’image pour ouvrir le diaporama

Reel2

 

Etiquette vieux porche

Musee patrimoine

 Barre vert prom haies 6


2 Le château de Didonne est vendu

Lettres

Lettre à Jacky Herbert

LE:20 Janvier 2002 

A S M A L A
ASSOCIATION POUR LA SAUVEGARDE DU VIEUX MATERIEL AGRICOLE DE L’AUNIS

 OBJET : Le MUSEE AGRICOLE DU CHATEAU DE DIDONNE

A

MONSIEUR JACKY HERBERT


Cher Jacky,

J'ai appris la vente du Château de Didonne au début de cette année. La lecture de l'article de Sud Ouest du 10 Janvier a remué de nombreux et beaux souvenirs de ces années 80 qui avaient ,grâce à l'achat de ce domaine par la Coopérative de Cozes Saujon, permis de préserver un des plus beaux fleurons du patrimoine rural de la Saintonge. Dans un article de presse de 1981, François Julien Labruyére avait salué cette initiative qui consistait à fédérer les producteurs de pineau et de cognac pour valoriser les produits de la viticulture. Les panneaux disparates "Pineau à vendre" plantés au bord des routes faisaient place à une action commerciale cohérente qui a été couronnée de succès puisque la marque a su s'imposer et qu'elle demeure.
Du même coup l'Association du Comité de la fête des battages de Cozes et l'Asmala créée en 1978 ont trouvé à Didonne les appuis efficaces qu'ils recherchaient pour créer le Musée Agricole en 1982.Dans cet endroit qui fut pendant vingt ans un lieu de rencontres d'un style nouveau où de nombreux charentais ruraux se promenaient et retrouvaient au musée agricole les machines et les outils de leurs pères et grand pères tout était propice au repos de l'esprit.
Jusqu'à la parution de cet article dans Sud Ouest j'avais pensé qu'un sursaut aurait lieu. Je me disais que les nouveaux décideurs regrouperaient ici la distillation, le stockage ,l'embouteillage et la vente et que tout repartirait.A d'autres moments je pensais que le conseil général aurait une idée comme par exemple la création d'un centre de formation aux métiers de l'environnement et du tourisme. Mais dans ce monde dominé par l'économie marchande il y a peu d'exceptions et la préservation du patrimoine n'est pas une priorité. On en parle beaucoup comme cela va avoir lieu à Clermont Ferrand à la fin de ce mois mais il faut sans cesse se bagarrer pour trouver quelques sous.

Le deuxième article de Sud Ouest paru le lundi 14 Janvier dit que le musée doit déménager. J'ai compris que l'urgence était de déménager avant le 15 Mars les matériels entreposés dans les hangars. J'ai compris que le bail commercial protégeait le musée pour l'instant. Ai-je bien compris? J'ai lu que des appuis avaient été promis.
Lors de l'installation du musée à Didonne l'ASMALA avait apporté sa contribution en préparant des dossiers qui ont permis de bénéficier de subventions du Ministère de l'Agriculture et du Crédit Agricole.(environ 100 000 francs ).Compte tenu de l'engagement moral qui a été pris auprès des donateurs de matériels (préservation à perpétuité) l'ASMALA se sent très concernée du devenir de ces matériels et par ce qui va être fait pour le musée de Didonne. Je te propose donc d'apporter mon appui à ce que vous déciderez pour reloger les matériels exposés au musée et dont certains ont été apportés par notre association. Cet appui peut être du même type que celui apporté en 1981.Je peux ,lorsque l'endroit de l'implantation du nouveau musée sera choisi vous aider à préparer les dossiers de demande de subventions. Je souhaite seulement que les collections ne soient pas dispersées comme c'est trop malheureusement le cas quand on ne trouve pas d'autres solutions. Si ma proposition est susceptible de vous intéresser tu peux me téléphoner pour que nous en parlions. Si le conseil d'administration est d'accord je saurai trouver le temps qui est nécessaire entre mes déplacements professionnels.


Je te prie de transmettre mon bon souvenir aux personnes que je connais et je t'adresse mes salutations amicales.

 

CLAUDE MOINET
Administrateur de l'AFMA
Président de l'ASMALA-Association pour la Sauvegarde du vieux Matériel Agricole de L'Aunis
Co - fondateur du Musée Agricole du Château de Didonne(Charente Maritime)

Barre vert prom haies 6
3 Didonne que des bons souvenirs

 LETTRE à François JULIEN-LABRUYERE
PRESIDENT DE L ACADEMIE DE SAINTONGE
Fondateur des éditions du Croît Vif

OBJET : Le MUSEE AGRICOLE DU CHATEAU DE DIDONNE

 A

Monsieur François JULIEN LABRUYERE

LE 20 septembre 2005

OBJET : Dictionnaire Biographique des Charentais

 Cher ami

 J’ai été très heureux de recevoir votre lettre annonçant la parution prochaine du Dictionnaire Biographique des Charentais. Je suis très touché de figurer dans ce dictionnaire des charentais dont vous m’aviez parlé au téléphone il y a quelques années.
C’est vrai que la création du Musée du matériel agricole de Didonne reste parmi les meilleurs souvenirs de ces trente dernières années. Venant de vous qui apportez tant à la mémoire et à la culture régionale , cette reconnaissance de ce que j’ai fait pour éviter la disparition des outils et des machines utilisées en agriculture avant les années soixante m’honore et m’encourage pour continuer.
Ce projet de musée n’a pu se faire que grâce à la compréhension et à la patience de mon épouse, de mes enfants et de toute ma famille qui m’a toujours soutenu dans ce projet. En quelques mois l’Asmala était créée.

 L’appui des membres du bureau de l’ASMALA : Gisela ,Jean Pierre Foullonneau, Annette Ribes, Roselyne Hardy et le rôle important de mon ami Jean Claude Dubois ont été déterminants.
Le projet de musée a pu se concrétiser en un temps record grâce à la vision qu’avait Jean Jacques Balthazar d’un projet cohérent pour Didonne. Les bonnes relations que nous avons eues avec le président et les membres de la coopérative de Cozes que Jean Jacques Balthazar dirigeait ont été encourageantes dès l’acquisition de Didonne.
La réunion de nos énergies avec celles des membres du Comité de la fête des battages de Cozes présidé par Jacky Herbert a permis d’ouvrir le musée en 1982.

 Il est rare que des idées, des moyens et des énergies convergent ensemble au bon moment.

 Ce fut pourtant le cas à Didonne dès 1980.J’en parlais récemment avec Mr René Berseget qui était à l’époque directeur de la caisse régionale de Crédit Agricole à Saintes et qui avait appuyé ce beau projet de Didonne. Le calendrier du Crédit Agricole de 1981 qui avait été conçu avec des photos de vieux matériels et un descriptif du projet a permis de diffuser notre idée dans tout le département. Nous avons eu aussi une bourse verte du Crédit agricole et une aide du Ministère de l’agriculture dans le cadre de l’année du patrimoine en 1981.
Le tract recto verso de 1979 que je vous adresse résume les deux premières années de ce que l’association Asmala a fait la première année de sa création.

 Je vous ai fait part de la peine que j’ai eu lorsque le Château de Didonne fut vendu en Janvier 2000.J’ai parfois envie d’écrire à Mr Bussereau le Ministre de l’Agriculture et élu local pour lui suggérer d’intervenir et de « rendre » aux Charentais ce lieu historique qui a reçu des dizaines de milliers de visiteurs entre 1980 et 2000.

 Un lycée hôtelier, un conservatoire de la culture régionale, une maison de l’environnement,quelques idées en vrac qui pourraient redonner vie à ce lieu que nous avons revu avec nostalgie lors d’une visite avec Jean Jacques en Mai 2003.

 Je joins à ce courrier quelques informations sur le projet dont je vous ai déjà parlé pour la création d’un musée en Aunis. L’idée m’est venue lorsque la société d’histoire locale d’Aigrefeuille recherchait un lieu pour la conservation de ses archives. Pour l’instant le projet n’a pas avancé faute de pouvoir y consacrer suffisamment de temps.

 Merci de continuer à oeuvrer pour diffuser la mémoire et la culture des Charentes. C’est un plaisir de visiter votre site internet et de recevoir aussi régulièrement les informations sur les nouvelles publications de votre maison d’édition.

 Je vous adresse mon bon souvenir et mes amicales salutations

 

CLAUDE MOINET
Administrateur de l'AFMA
Président de l'ASMALA-Association pour la Sauvegarde du vieux Matériel Agricole de L'Aunis
Co - fondateur du Musée Agricole du Château de Didonne(Charente Maritime)

 

 Barre vert prom haies 6

Le Musée Agricole du Château de Didonne
4 Le musée doit déménager

Sud ouest mardi 27 juin 2006
Questions de coûts

:Philippe Belhache

 Le machinisme agricole à la Maison du terroir


La Maison du terroir prend doucement forme.

Jean-Pierre Tallieu

« La CdA a engagé, en collTallieuxaboration avec les filières professionnelles de l'agriculture, une réflexion sur la mise en place d'un équipement majeur, qui valorise à la fois son territoire, la profession, les produits, et facilite les renvois touristiques sur l'ensemble du territoire », explique Yves Perrochain, vice-président en charge du dossier.
Les objectifs ? Travailler sur la qualité de l'alimentation, et sensibiliser le jeune public; développer les filières de productions locales et l'ouverture de marchés pour les producteurs du territoire; favoriser l'installation d'exploitations orientées sur des productions de qualité, notamment en agriculture biologique. Un site qui doit accueillir une structure d'accueil touristique, un musée agricole, un atelier de transformation de troisième gamme, une structure de cogénération et une exploitation de démonstration. La structure doit être basée en limite des communes de Grézac et Cozes. Une seconde phase d'étude a été programmée pour en valider les options, pour un coût prévisionnel de 30 000 euros.

Cette démarche n'a pas empêché les élus communautaires d'accepter la donation des collections gérées par l'association du Musée agricole, qui seront intégrées au projet.

« C'est un patrimoine qu'il ne faut pas laisser partir, explique le président Tallieu. Le propriétaire du château de Didonne (à Semussac) souhaite récupérer les locaux, et pousse l'association vers la sortie. Nous allons trouver un lieu de stockage des collections en attendant leur mise en place. »

 Barre vert prom haies 6

 Le Musée Agricole du Château de Didonne
5 Cession des collections à CA Royan

Logo cara

7 Février 2007-SIGNATURE D UNE CONVENTION DE CESSION DES COLLECTIONS AVEC
La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique

ARTICLE SUD OUEST 8 FEVRIER 2007

PATRIMOINE. -- L'association du musée du matériel agricole de Sémussac cède ses collections à l'agglomération. Elles rejoindront le futur Agripole de Grézac

Les tracteurs inaliénables-: Philippe Belhache

 

Reunion herbert

Hier, l'association présidée par Jacky Herbert a cédé ses collections à la communauté d'agglomération présidée par Jean-Pierre Tallieu

PHOTO SO

Petite signature, grand soulagement. En paraphant la convention de cession des collections du Musée du vieux matériel agricole de Sémussac, hier dans les locaux royannais de l'agglomération Royan Atlantique, Jacky Herbert était conscient d'en assurer la pérennité.
Priée d'aller planter ses tracteurs ailleurs par le propriétaire du château de Didonne, l'association s'est rapprochée de l'établissement intercommunal pour assurer la pérennité du patrimoine ainsi réuni. Le matériel rejoindra in fine un local plus adapté dans les futurs locaux de l'Agripole, ex-maison du pineau et du terroir, qui doit sortir de terre en bord de départementale 730, aux confins des communes de Grézac et de Cozes.

 Hors du château. Soulagé, Jacky Herbert ? « Oui, soulagé de voir que le travail d'une équipe associative depuis vingt-cinq ans pour le musée, trente-cinq ans pour celle de la Fête des battages, n'aura pas été vain. Par l'acte que nous avons réalisé, nous rendons inaliénables ces collections constituées durant tout ce temps, ce matériel remis en état avec amour par des bénévoles qui n'ont jamais économisé leur temps. Tout cela pour que nos enfants et surtout nos petits-enfants puissent se rendre combien étaient dures des conditions de travail des paysans il y a plus d'un siècle. »
Le musée de Sémussac a donc vécu en tant que tel. « Il existait depuis 1981, reprend Jacky Herbert. Le nouveau propriétaire du château de Didonne a souhaité récupérer les lieux, avec effet au mois d'octobre 2006. Nous avons quitté le site. » Les collections sont entreposées pour l'heure dans un local loué par l'agglomération à Syntéane, sur la commune de Corme-Ecluse.

Animation. Les premiers contacts avec l'agglomération ne datent pas d'hier. L'association nourrissait depuis plusieurs années déjà le projet de transfert de propriété des collections.
« Nous ressentions le besoin d'évoluer, explique Jacky Herbert. Nous avions le sentiment d'avoir touché nos limites, en termes de finances, de personnes, de disponibilité de chacun... Nous étions bloqués. En procédant ainsi, nous nous assurons de la pérennité de ce travail, sans pour autant nous désengager. L'association continuera à travailler sur l'animation du lieu. »
Un souhait que vient conforter le président de l'agglomération Royan Atlantique, Jean-Pierre Tallieu : « Nous allons non seulement sauvegarder ce patrimoine, mais également contribuer à sa mise en valeur. Les collections étaient à l'étroit dans les 1 000 mètres carrés du musée au château de Didonne, exsangue en termes de locaux. Et de nombreuses pièces étaient entassées dans des réserves. »

Emplacement stratégique. L'Agripole devrait donner de l'air aux collections, ainsi qu'un environnement, sur un emplacement stratégique au bord de ce qui reste la route de Bordeaux. Le musée nouveau ne devrait cependant pas voir le jour avant de nombreux mois.
« Nous avons encore des parcelles de terrain à acquérir, confirme Yves Pérochain, vice-président en charge du dossier. Nous avons ensuite un certain nombre de démarches à accomplir, une étude à faire mener, une démarche muséographique à élaborer, des fouilles archéologiques, également, à entreprendre. »
Difficile d'envisager les travaux avant au moins un an. Les ambitions de l'Agripole vont de fait au delà du simple musée. « C'est un pôle terroir, une vitrine des communes du secteur et de l'activité agricole, destiné à mettre en valeur les produits de l'Estuaire. L'idée est de faire connaître les producteurs locaux, d'informer les visiteurs sur leur implantation. Nous pourrons peut-être même y déplacer l'office de tourisme intercommunal, installé pour l'heure dans le bourg de Cozes. Nous travaillons encore le dossier.»

« Nous allons sauvegarder ce patrimoine, mais également contribuer à sa mise en valeur »Barre vert prom haies 6

Le Château de Didonne aujourd’hui

 

A la date de publication de cette page nous ne savons pas si le site internet du propriétaire est toujours actif

27 Décembre 2014

Clic sur l'image ci dessous pour accéder au site du proprétaire en 2006

Reel2

Chateau 

 Face chateau

 

Situation carte

 

Histoire du Château de Didonne

D azur a cinq fusees d argent

Jean-Charles, Marquis de Sennecterre, (ou Senneterre ou Saint-Nectaire) Gouverneur de Saintonge, né au château de LA TOUCHE le 11 novembre 1685 † 23 janvier 1771, seigneur, marquis de Brinon-sur-Sandres et de Pisany,  baron de Didonne (d’où le nom du Château qu’il occupait sur la commune de Semussac) et de Saint-Germain-sur-Vienne dans la Marche, seigneur de Brillac et autres terres en Auvergne, comte de Saint-Victour, était un militaire français du XVIIIe siècle. Fils de François de Sennecterre ( † 1710), comte de Brinon de Marie de Béchillon, Jean Charles naquit le 11 novembre 1685.

Clic sur l'image ci dessous pour lire la suite

4 logis de didonne firino martel

 

Un livret sur l'histoire du Château de Didonne fut publié par Frédéric Chasseboeuf

Ce livre m'a été offert par JJ Balthazar en 2001

3 chateau de didonne livre f chasseboeuf 

 

Pour contacter C Moinet 

 Email

Retour à la page d'acceuil

cube-g.gif

 

Date de dernière mise à jour : 10/05/2018